Photographie en noir et blanc de l'artiste et art-thérapeute Emmanuelle Tartas à bordeaux dans son atelier

Biographie

Emmanuelle Tartas est née au Sénégal en 1967 et y a passé sa petite enfance. 

Elle réalise un travail de peinture et de sculpture en lien avec la partie africaine de son histoire, en utilisant la mémoire sensorielle du corps, explorant des thèmes comme l’exil/la séparation, les racines/ l’identité… et nous interroge plus largement sur la colonisation, le racisme, l’intolérance...

Elle est aussi art-thérapeute et propose des ateliers d'expression artistique au cours desquels elle accompagne des personnes de toutes conditions dans une démarche plastique d’expérimentation créative et/ou de développement personnel.

Par ces deux engagements, elle vise à susciter des questionnements, des inspirations et une transformation chez les personnes sensibles à la dimension humaine de l’art.


Après une formation artistique à l’Académie des Beaux-Arts, auprès de Pierre Lafage et Jan Vuijk, à Bordeaux, et un passage par l’illustration (formation à l’image narrative auprès de Joseph Béhé, créations pour le magazine Solidarité Juniors et pour l'édition jeunesse), elle collabore une dizaine d’années avec la Galerie Art Home Déco. Puis elle apprend le modelage auprès du sculpteur Jean-Louis Ricaud et obtient une certification en art-thérapie délivrée par le centre Créatéca. Intéressée par la problématique de la connexion au corps, fondement de ses recherches artistiques, elle expérimente la danse thérapie auprès de Babette Gazeau et la danse sénégalaise avec Khady Sarr, danseuse et chorégraphe. En 2021, elle collabore avec l’artiste photographe togolais Jerry Doe Orlando


Membre de l’association des Ami(e)s du Sahel qui met en avant les actions culturelles et artistiques de la diaspora africaine à Bordeaux, elle est également adhérente à la Maison des Artistes et à La Condamine.

Démarche artistique

 Le travail d’Emmanuelle Tartas nous transporte en Afrique, dans le Sénégal postcolonial de la fin des années 60. Une palette de rouges et de couleurs de terre (latérite), un univers personnel de motifs métaphoriques, de masques, de personnages fantastiques et autres figures expressionnistes, nous transportent dans un rêve où cohabitent nostalgie de l’enfance et questionnement sur l’exil,  l’identité et l’impact colonial.

L’artiste est influencée par Klimt pour la confrontation des matières et Egon Schiele pour l’expressivité de son trait. L’expression forte de son histoire personnelle renvoie au travail de Louise Bourgeois tandis que l’utilisation détournée des matières textiles nous entraîne dans le sillage d’Annette Messager. Enfin, c’est au mouvement Figuration Critique que se rattache naturellement son travail car, comme l'écrivent les fondateurs du Salon en 1978 : “C’est que nous poursuivons le rêve d’un art puissamment figuratif et qui nous engagerait dans une lutte progressivement émancipatrice… “

Les techniques classiques de peinture à l’huile confrontées à une utilisation brute des matières comme la terre, le plâtre, la filasse se posent en symbole de ce qui serait une double identité, occidentale et africaine. Les pigments purs, symbolisant la terre et la latérite, mêlés à l’huile de lin et appliqués au doigt ou à la brosse dure, font vibrer la couleur et s’entrechoquent avec les glacis et les motifs délicats posés à la brosse douce.

Devant l'œuvre, le spectateur fait l’expérience transformatrice et réparatrice de la connexion à la mémoire sensorielle du corps.